Conjoint collaborateur : les principaux atouts de ce statut

conjoint collaborateur

Depuis le 11 avril 2019, date de l’entrée en vigueur de la loi Pacte, tout conjoint de chef d’entreprise, et exerce de manière régulière une activité professionnelle au sein de l’entreprise a l’obligation de déclarer un statut afin notamment de s’assurer un minimum de protection sociale. Chacun de ces statuts lui conférant des droits personnels, professionnels et sociaux différents

Entre les trois statuts envisageables (conjoint collaborateur, conjoint salarié et conjoint associé), quels sont les avantages spécifiques du statut de conjoint-collaborateur ?

Conjoint collaborateur : une reconnaissance du travail effectué

Opter pour le statut de conjoint collaborateur, c’est avant tout l’accès à une véritable reconnaissance professionnelle pour le conjoint impliqué dans la vie de l’entreprise. À travers ce statut, ce sont à la fois les relations avec le conjoint chef d’entreprise, avec les autres salariés ainsi que les différents organismes tiers (prestataires, banques, administrations) qui se voient enfin clarifiées.

 

Pour bénéficier d’une vraie protection sociale

Le conjoint collaborateur cotise à titre obligatoire au CPSTI et verse des cotisations sociales uniquement pour les indemnités journalières, la retraite de base, la retraite complémentaire et l’invalidité-décès, en contrepartie de l’acquisition de droits propres. Il bénéficie, sans cotiser, des prestations en nature (prestations de soins) en qualité d’ayant droit du chef d’entreprise, au titre de l’assurance maladie-maternité. Il peut également percevoir des indemnités en cas de maternité ou d’adoption.

 

Conjoint collaborateur : le droit à une vraie retraite

En se positionnant sur le statut de conjoint collaborateur, le conjoint de chef d’entreprise a dès lors l’obligation de cotiser à l’assurance vieillesse. Cette cotisation lui permet alors d’acquérir des droits à la retraite (retraite de base et retraite complémentaire).

Au-delà de cette pension de retraite, ce statut de conjoint collaborateur permet également au conjoint chef d’entreprise de cotiser au titre de l’épargne salariale et de l’épargne retraite afin de se constituer un capital supplémentaire pour sa retraite.

 

Un droit de représentation dans l’administration de l’entreprise

L’article L121-6 du Code de commerce précise que le conjoint collaborateur reçoit le mandat d’accomplir, au nom du conjoint chef d’entreprise, différents actes d’administration relatifs aux besoins de l’entreprise (signatures de bons de commande, des factures et devis par exemple). Afin de mieux protéger le patrimoine familial, la responsabilité du conjoint est limitée aux biens communs du couple, les biens propres du conjoint étant protégés. Ainsi en cas de dépassement non intentionnel du mandat de gestion, le conjoint ne peut être appelé en garantie sur ses biens propres.

À noter néanmoins que ce mandat de représentation exclut les actes de dispositions comme les prêts ou les aliénations à titre gratuit ou à titre onéreux (vente, donation).

Ce statut de conjoint collaborateur permet également au conjoint de chef d’entreprise de bénéficier de droits professionnels lui permettant notamment de voter ou de se présenter aux différentes élections professionnelles des organismes régissant le secteur de l’entreprise (chambre des métiers et de l’artisanat, Chambre de commerce et d’industrie…).

Enfin, le statut ouvre également un droit à la formation professionnelle ainsi que la faculté de valider les acquis de l’expérience


Conjoint collaborateur : une protection en cas de décès du conjoint

Le statut conjoint collaborateur offre sous certaines conditions également la possibilité de poursuivre l’exploitation de l’entreprise familiale en cas de décès du conjoint chef d’entreprise.

De même, toujours en cas de décès du conjoint chef d’entreprise, le conjoint collaborateur pourra également prétendre à un droit de créance à titre de salaire différé, à la condition d’avoir participer à l’activité de l’entreprise pendant au moins une dix ans sans n’avoir jamais perçu de rémunération officielle.  

Les dessous de la sécurité sociale en France
Simuler son revenu en portage salairial en ligne